Lettres de chocolat par Bougard Alain

CHF 50.–

Détails

Type d’annonce Offre
Actualisé 23.05.2016

Description

Ce livre n’est pas une encyclopédie bien que la forme alphabétique semble l’attacher au même dessein. Ce n’est pas non plus un recueil de recettes. C’est plutôt un précis d’exploration des sensibilités que le goût du chocolat suggère. Comme un petit traité d’amour du chocolat pourrait l’être... Il est destiné au partage.
On y trouve des coups de coeur et des coups de gueule. Il y a autant de collisions que de fusions: les couleurs historiques côtoient les teintes personnelles secrètes. Autrement dit: la Vaguey d’Hokusai balaie parfois les Nymphéas de Monet!
L’auteur aime les mots rudes. On comprend qu’il se fait alors avocat d’une cause dépassant le succès de librairie. Celle du Theobroma cacao, le Mets des dieux, dont l’histoire est passionnante, quelquefois cruelle, souvent amusante et toujours surprenante.
Il sait également délivrer la langue et conter de douces émotions quand l’enfant se souvient ou l’adulte renaît par la magie d’une tablette ou d’un bol de chocolat.
Les mots sont ceux d’un dilettante dont le but est de faire parler et sourire ses lecteurs sur un thème qui ne fâche pas.
S’il parle «vrai» et vilipende un peu telle ou telle pratique de chocolatiers, ce n’est jamais en maniant l’ironie facile ou en jouant le chevalier blanc: au lecteur d’apporter sa propre réflexion entre noisettes et gousses de vanille.
Comme chez le chocolatier, il y a chez l’auteur un souci de soigner la forme et le fonds. On ne s’improvise pas créateur de bonnes et belles choses sans travail et sans être d’une grande exigence avec soi-même. La lecture des Lettres de chocolat est une suite de moments privilégiés. Chaque image, chaque lettre permet l’échange entre amis, une bouchée à la main, ou simplement une rêverie de promeneur solitaire.
Et de me souvenir d’une phrase de la Chronique japonaise de Nicolas Bouvier qui «s’embêtait ferme » en attendant l’arrivée d’un train là-bas: «J’ai commencé à prendre des notes Zuihitsu (des pensées sans suite au gré du pinceau) comme le font si volontiers les Japonais qui n’ont jamais cru aux enchaînements rigoureux...».
L’auteur de Lettres de chocolat devait attendre un train.
Jean-Paul Hérin.

prix Payot 85 frs


 

Emplacement

1007 Lausanne (VD)
Suisse

Annonceur 

estrellafugaz
Inscrit-e depuis le 19.10.2010
Toutes les offres de cet annonceur 671

Envoyer un message
Envoyer
Nous nous réservons le droit de vérifier que le contenu des messages n’est pas frauduleux. Par l’envoi, vous acceptez implicitement nos CG & Conditions d’utilisation
  Recommander   Imprimer
 

Annonce suspecte?

Numéro d’annonce: 9200011
Signaler une annonce suspecte
Nos principaux conseils de sécurité