anibis logo
anibis alex
anibis alex
fr
  1. Page d’accueil
  2. Livres - BD - Revues
  3. Histoire
  4. Rencontre - Mardi 14 octobre 2014 - Easyjet

Rencontre - Mardi 14 octobre 2014 - Easyjet

Gratuit

Détails

  • Remise
    Uniquement retrait
  • Type d’annonce
    Offre

Description

Mardi 14 octobre 2014 - Vol Easyjet de 13h15 - En provenance de Bordeaux et à destination de Genève.

Il est 12h15, je me décide à passer le poste de contrôle du terminal Billi (aéroport de Bordeaux), réservé aux compagnie lowcost.

Pas un chat, la formalité est vite accomplie.

L'appel a déjà commencé ; il reste encore une petite file de personnes que les hôtesses accueillent à l'embarquement pour ce vol.

Je me présente en bout.

Alors, soudain, une autre personne en fait tout autant, quasi synchrone. Elle se retrouve pile devant moi.

Je l'observe subrepticement et remarque d'emblée une prestance remarquable : c'est toi.

Trop tôt bien sûr pour me faire une idée, mais la piste m'intrigue néanmoins...

C'est le hasard, on se retrouve dans cette file, toute singulière, elle, précédant tout juste mes pas qui nous ferons embarquer sur le même vol. D'abord attendre dans une salle bondée, debout, à écouter, regarder, entendre les autres, sans pouvoir jeter nos yeux ailleurs que dans cet espace confiné, fait de charpente et de tôles.

La file avance, et, sans vouloir embarrasser, glanant furtivement quelques impressions, je te découvre un peu mieux.

Une allure tirée à quatre épingle, parfaite et simple à la fois. Non je ne remarque rien de superflu. Ton apparence est étudiée, sentie, dirai-je, et sans ostentation.

Quelques notes de finesse en somme qui finissent par m'intriguer de plus en plus.

Alors, au gré du spectacle des gens, certaines scènes invitent à sourire. On assiste un peu aux mêmes toi et moi ; et à l'une d'elle où je faillis sourire, je t'ai vue esquisser un sourire attendri, sans retenu et franc. Une surprise d'autant plus délicieuse que tu semble plutôt calme et retenue.

Cette retenue qui, ça y est, j'ai compris, me paraît preuve de sensibilité, que maltraite un peu trop de timidité peut-être.

C'est tout à ton éclat, puisqu'ainsi, ne ressortent que les choses essentielles de ton interaction sur le monde extérieur.

La file avance, nous zigzaguons, lentement et sûrement. Puis c'est l'arrêt. Attendre toujours attendre.

Une nounou portugaise essaye de raisonner quelques enfants, elle est devant la porte d'accès au tarmac de l'aéroport. Sa voix porte, son accent aussi, à couper au couteau (elle cause en français) et elle en fait profiter à toute la salle. Evidemment, cela en prend un tour comique. On ne peut s'empêcher de s'en amuser.

Je crois d'ailleurs, que pour la deuxième fois ce jour, alors, je t'ai vu sourire. Quelle chance.

Toi, tu as attendu, debout, avec un maintient noble, une manière bienveillante d'observer autour de toi, de tourner la tête, avec évidence. Du si peu que tu donnais à voir, j'y relevais une force et une qualité d'exister remarquable. Tu portais des habits soignés, à la parfaite mesure de ta physionomie, aux textures authentiques et aux couleurs fines. Bleu ciel pour ta chemise, élégante et dessinée ; ligne et légèreté pour le pantalon; finesse noire, relevée pour tes chaussures. Ton émerveillement naturel semblait transparaître jusqu'à la fleur de ta peau, derrière ta présentation et ta distinction, qui, somme toute tend à rendre hommage aux qualités de la vie et de l'intelligence combinées.

Je relève ta sincérité, partout, dans ton sourire généreux qui se déclenche à la moindre occasion et même par le soin dissimulé dans tes cheveux.

Chevelure fort simple, sans détours et châtain foncée, elle luisait d'ailleurs et suggérait une raie sur le côté. Quelle folie ! D'une petite partie de tes cheveux naissait une fragile tresse à l'opposé, subtilement cachée : tout un poème.

À plus te contempler, j'ai fini par être intimidé par ton allure royale, ton port de tête séduisant, par cette belle graine d'appréhension en toi qui permet de conserver une pointe d'humour cruciale.

Mais le coup de grâce, ce sont tes yeux qui l'ont asséné.

Des yeux d'un bleu si vif et intense, mais surtout chaleureux ; de la chaleur qui fait fondre par flots d'émois déstabilisants.


Emplacement


Partager


Annonceur

Mathieu Rouquié
Inscrit-e depuis le 31.05.2007


Annonce

Dernière modification
14.10.2020
Numéro de l’annonce
22622140
Signaler une annonce suspecteNos conseils de sécurité