Votre navigateur semble trop ancien et n'est plus pris en charge par anibis.ch. Nous vous recommandons d'utiliser un navigateur plus récent
anibis logo
anibis alex
anibis alex
fr

FiltreRéinitialiser

0 km
Indifférent

22 offres dans Gay Zone

22 offres dans Gay Zone

Ne ratez rien – grâce à un ordre de recherche

Nous vous signalerons par e-mail toutes les nouvelles offres de ce genre.

L’Érotisme gay dans les grandes villes de Suisse

Lorsque l’on parle d’érotisme, on pense fréquemment au sexe, alors que l’érotisme est un assortiment de manifestations et de représentations qui suscite des désirs sexuels.

L’érotisme masculin

Quand il est simplement suggéré, l’amour physique s’appelle plutôt érotisme que sexe. En cela l’érotisme gay ne diffère aucunement de l’érotisme hétéro, lesbien, trans ou bi. La suggestion se déclare par des mots, un comportement, une attitude qui sont plus suggérés que montrés au contraire de la pornographie où tout doit être absolument exprimé. Plusieurs peintres ont peint des tableaux représentant l’érotisme masculin, comme par exemple Cyril Georget, un peintre lyonnais né en 1969. Venant d’une famille d’artistes, il se dirige vers la peinture et son sujet de prédilection est la nudité masculine dont il fait plusieurs séries.

L’érotisme gay en Suisse

C’est en Suisse qu’est parue la première revue homosexuelle : Der Kreis, (Le Cercle en français). Dans les années 50, les commentaires formulés étaient hautement censurés et Der Kreis avait un aspect neutre, voire carrément terne. Les articles comprenaient un subtexte aisément reconnaissable pour les avertis. Des allusions et des déclarations sur l’amour fraternel ne trompaient personne. Le tout était un subtil équilibre entre ce qui était interdit et ce qui pouvait voir le jour dans les pages rédactionnelles, mais aussi en ce qui concernait les photos et les illustrations. Les photos ne pouvaient être trop précises, en revanche les illustrations laissaient une plus grande latitude de représentation. C’était un style suggestif. Des grands noms du monde entier y ont contribué. Certains sous pseudonyme, George Platt Lynes, Paul Cadmus et tellement d’autres. Grâce à son éditeur, Karl Meier, qui connaissait Der Eigene, une ancienne revue allemande, les numéros passaient la censure sans problème. Alors que dans le monde européen, les lois homophobes sévissaient, en Suisse, et tout particulièrement Zurich, était un pays où les homosexuels étaient les bienvenus.

Zurich, Berne, Bâle, Genève

Zurich était alors le centre du monde où tous les homosexuels européens se réunissaient car, à Zurich les homosexuels, hommes et femmes, pouvaient vivre une vie sociale relativement libre. Un docu-drama suisse, « Le Cercle » raconte cette époque que peu de gens connaissent. La revue Der Kreis regroupait plus de 20.000 abonnés qui recevaient leurs numéros par la poste dans des enveloppes génériques. Ils étaient dans les grandes villes de Suisse comme Berne, Bâle et Genève, mais aussi dans les villes européennes où leur sort n’était pas à envier, comme à Londres, Paris, Berlin. A l’heure du mariage pour tous, on a du mal à s’imaginer que la vie des homosexuels était en danger de mort dans la plupart des pays d’Europe.

Se connaître

A l’heure actuelle, en Europe, il est possible de se connaître et de faire connaissance par des sites Internet de petites annonces de rencontres où on peut spécifier ses préférences sexuelles. Il y a 50 ans cela était encore impensable.

Gay Zone - Plus de catégories

Merci de vous intéresser à la catégorie Gay Zone. Nous avons davantage d'annonces Gay Zone pour vous : Erotique,Gay Zone,Dating,Bars & Clubs